Les mistoufles

Je me glisse entre les étoiles et je descends quand vient la nuit

Tangram & arc en ciel

Entouré de deux ou trois artistes, un groupe va plonger dans l’univers foisonnant des comptines de Françoise Morvan. Ariettes, berceuses, gargouillades et autres ballades seront une approche ludique pour ces jeunes lecteurs dans leur découverte des notions de rythme et de versification.

Encadrés par un(e) comédien(ne), ils travailleront la diction, les intentions de jeu et questionneront le sens des poèmes. Accompagnés également par un(e) musicien(ne), ils mettront les mots en notes, en pulse et en clap ; et rentrerons en studio pour l’enregistrement.

Patience, répétition, imaginaire, rigueur et inventivité sont les qualités développées pendant ce travail, qui s’étend sur une année scolaire.
Ce projet est une véritable création d’album, un acte artistique pérenne.

Pour L’unijambiste, c’est un prolongement naturel des recherches menées depuis toujours entre texte et musique.

 

Au cours de la saison 2017-2018, Emmanuelle Hiron, Arm et Robert le Magnifique travailleront sur le volume 5, Canaillettes et canaillons en partenariat avec la Scène nationale d’Aubusson et la classe de CM1-CM2 de l’école primaire publique de Saint Marc à Frongier.

 

Nous imaginons avec Françoise Morvan 7 volumes des Mistoufles comme les sept pièces du tangram et les sept couleurs de l’arc en ciel.

Collection d’albums musicaux pour les enfants, réalisée par les enfants.

 

Textes de Françoise Morvan

Genre : Musique

Années de création : 2013 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018

Public : Scolaire

Avec Laetitia ShériffEmmanuelle HironArmDavid Gauchard, L.O.S (Laurent Duprat), Robert le Magnifique

Arrangements par Robert le Magnifique, Thomas Poli (volume 3)

Petit soucis – Le premier volume des Mistoufles réunit la chanteuse Laetitia Shériff, la comédienne Emmanuelle Hiron et le compositeur Robert le Magnifique autour d’une classe de CM2 de Villefranche sur Saône.

Chansons atroces – Le troisième volume des Mistoufles réunit le metteur en scène David Gauchard, les musiciens Robert le Magnifique et Thomas Poli autour d’une classe d’élèves de CM2 de l’école élémentaire publique Madeleine Rébériaux de Chambéry.

Canaillettes et canaillons – Le cinquième volume des Mistoufles réunit la comédienne Emmanuelle Hiron et les musiciens Arm et Robert le Magnifique autour d’une classe d’élèves de CM1-CM2 de l’école élémentaire publique de Saint Marc à Frongier.

Chansons douces – Le deuxième volume des Mistoufles réunit le rappeur Arm et à nouveau la comédienne Emmanuelle Hiron et le compositeur Robert le Magnifique autour d’une classe de CM2 de Compiègne.

Animaux rares, animaux bizarres – Le quatrième volume des Mistoufles réunit la comédienne Emmanuelle Hiron et les musiciens Robert le Magnifique et Laurent Duprat (L.O.S) autour d’une classe d’élèves de CM1-CM2 de l’école Charlie Chaplin de Redon.

Revue de presse - Aubusson
Facebook / 8 juin 2018 / André Markowicz
Les Mistoufles volume 5

Tous les ans depuis cinq ans sort un album des Mistoufles. Ce travail extraordinaire de compagnie de l’Unijambiste, animée par David Gauchard et Emmanuelle Hiron — avec des musiciens, ici, Loïc Renault (Arm) et Robert le Magnifique. 
Il s’agit, dans le cadre d’une collaboration avec un théâtre qui accueille le travail de la Compagnie, de travailler pendant plusieurs mois dans une école primaire avec les élèves sur des poèmes écrits par Françoise Morvan. De travailler, c’est-à-dire, concrètement, de faire un disque avec ces chansons —ces poèmes. De faire vivre la poésie à l’école. Cette année, avec une classe de CM1-2 d’une école rurale de la Creuse, celle de St Marc à Frongier, sous l’égide de la Scène Nationale d’Aubusson, du théâtre Jean Lurçat, dirigé par Gerard Bono — un théâtre encore plus menacé cette année par des baisses drastiques de subventions — et qui, pourtant, fait un travail extraordinaire, depuis des années et des années, qui fait vivre la culture et qui remplit les salles.
Cette année, le thème des « Mistoufles » c’était « Canaillettes et canaillons »… Des portraits d’enfants qui ont un problème à résoudre — le petit gros qui est mis au régime, la coquette qui joue les zoulettes, l’étourdi, l’indécis, le fugueur, bref, tout ça pour continuer la série « Petits soucis » qui avait inauguré la série, il y a déjà cinq ans…

*

Quand on parle de poésie, chers amis lecteurs, combien, parmi vous, je ne dis pas sortent leur revolver, mais passent à la chronique suivante ? parce que, vous savez, c’est le principe de base, toujours le même, — et chez vous aussi. Surtout ne pas se déplacer dans la vie, rester sur ce qu’on sait, ne pas se lancer dans l’inconnu, — et, pire encore que dans l’inconnu, dans l’inutile. La poésie — et c’est sa définition première — ne sert à rien. Et pourquoi elle ne dit pas les choses tout simplement, comme tout le monde, en faisant un récit avec un début et une fin ?

*

Imaginez ce que c’est, pour les enfants, de prendre sur eux les mots de Françoise, et de faire entendre leur voix — pas seulement tout seuls, mais en harmonie avec les autres. Imaginez la force qu’il faut à ceux qui travaillent avec eux — et leur joie, à tous, une fois qu’ils ont entendu ce qu’ils sont capables de faire.

Et puis, il y a ça. — Il y a, bien sûr, des chansons entraînantes, qui tiennent sur le rythme, sur la danse, et elles sont magnifiques, et drôles — et très sérieuses, bien sûr. Mais c’est clair qu’elles peuvent passionner les enfants juste par leur énergie. — Ce que je voulais vous faire entendre, — vous entendrez les autres sur le site de Françoise et celui de l’Unijambiste — c’est une chose très différente, plus longue, — méditative. Ce poème, quand je l’ai lu (il y a des années), il m’a percé le cœur. Je le retrouve ici, chanté par ces enfants, ça touche encore plus. C’est « La cantilène de l’indécis ».

Pomme ou paille,
Plume ou prune,
Basilic ou romarin ?
Une pomme, c’est piteux,
Une paille, c’est miteux.
La pomme est tombée,
La paille a séché,
Le merle a quitté le nid,
Et, moi, je n’ai rien choisi.

Je voulais tout, je n’aurai rien.
Essayez d’être plus malins.
La chance est légère et trop brève,
La vie s’envole comme un rêve.

Pomme ou paille,
Plume ou prune,
Basilic ou romarin ?
Une prune, ce n’est rien,
Une plume encor bien moins.
La prune a mûri,
La plume est partie,
Le ramier s’est envolé
Et l’automne est arrivé.

Je voulais tout, je n’aurai rien.
Essayez d’être plus malins.
La chance est légère et trop brève,
La vie s’envole comme un rêve.

Pomme ou paille
Plume ou prune
Basilic ou romarin ?
Le basilic, c’est si peu,
Donnez-moi au moins les deux.
Le basilic s’est fané,
Le romarin a séché,
Le feu s’est couvert de cendres
Et je suis resté attendre.

Je voulais tout, je n’aurai rien.
Essayez d’être plus malins.
La chance est légère et trop brève,
La vie s’envole comme un rêve.

*

Vraiment, oui, — plus on demande, plus on reçoit.

*

Et puis… C’est la croix et la bannière (dit le Juif en moi) de publier des poèmes pour les enfants. Parce que les éditeurs, c’est encore pire que tout. Dès qu’on leur dit « poésie » — surtout pour les enfants —, ils vous proposent d’écrire des histoires par tranches d’âge (les 8-9 ans ne devant pas lire ce que lisent ceux de 10, sans parler de ceux de 10 et demi). Que les enfants puissent vivre avec mots qui chantent, tout simplement, on a l’impression que c’est juste impensable… Et quoi, les enfants…

On nous formate tout le temps, chers lecteurs, — c’est clair. Mais les éditeurs pour enfants, trop souvent, ce sont les pires des formateurs. Et quand je dis « formateurs », je veux dire que, trop souvent, trop souvent, ils forment à leur image, c’est-à-dire qu’ils formatent à leur image, une image déjà déformée par la peur de l’inconnu qui les a formatés eux-mêmes. — Et l’étau se resserre, quand on y regarde, d’année en année.

Françoise publie aux éditions MeMo une collection, « Coquelicot », qui comporte trois titres, — et devrait bientôt en compter deux autres… mais quoi, ça fait, au maximum, un livre tous les deux ans, et encore… Vous n’imaginez pas combien de textes sont encore inédits. Vous ne connaîtriez pas un éditeur ?

Revue de presse - Compiègne