EKATÉRINA IVANOVNA

Quand le sol se dérobe

J’en ai assez de tous ces mystères, personne ne dit jamais rien de direct, tout le temps des détours. C’est d’un tel ennui.

Un monde chavire, un couple s’effondre et une âme s’enlise dans la fange au milieu d’une société aveugle. Ekatérina Ivanovna est un sommet de noirceur, d’exploration psychologique et de cruauté familière.

Trois coups de feu claquent dans la nuit. Député à l’assemblée, Guéorgui Dmitriévitch Stibéliov vient de tenter d’assassiner sa femme qu’il croit infidèle. Ekatérina échappe au meurtre, mais quelque chose en elle est mort. Injustement accusée d’adultère, elle subit une lente et descente aux enfers, s’avilissant dans la débauche. Après l’éclatement du couple, l’onde de choc gonfle et se propage d’acte en acte. Enfants, parents, amis, témoins et profiteurs, personne n’en sortira indemne.

Cette pièce sombre écrite en 1912 nous entraînera dans un monde en perdition, sans logique ni explications, où les pôles, affolés, seront inversés.

Acte III (extrait)

KOROMYSLOV : Katérina Ivanovna a trop de, enfin – comment s’exprimer pour le dire juste ? – de féminin, de féminité, ce truc à elles, quoi. Comprends-la, de quoi est-ce qu’elle a besoin ? Bon, disons, je marche, moi un homme, vers le royaume des Cieux, et, bon, c’est ce que je dis à tout le monde, et tout le monde le voit, ça : voici un homme qui marche vers le royaume des Cieux. Mais une femme ? – le diable le sait, vers où elle marche ! Soit elle se débauche, soit c’est une prière qu’elle envoie, avec sa débauche, ou bien c’est un reproche qu’elle fait, à je ne sais qui… une Madeleine éternelle pour laquelle la débauche c’est, soit le début, soit la fin, parce que c’est son Golgotha à elle, son horreur et son rêve, son paradis et son enfer. Elle se tait, elle se cache, elle est d’accord pour tout, elle sourit, elle pleure… Katérina Ivanovna, elle pleure souvent ?

Auteur : Léonid Andréïev
Traduction : André Markowicz
Adaptation, mise en scène & scénographie : David Gauchard

Genre : théâtre
Année de création : 2001 / 2014
Public : tout public
Durée : 1h50

Avec Marie Thomas, Philippe Labonne, Alexandre Le Nours, Vincent Mourlon, Marion Verstraeten, Bérengère Lebâcle, Nicolas Petisoff, David Gauchard, David Moreau , et 2 enfants figurants.

Assistant à la mise en scène : Nicolas Petisoff
Musique : Olivier Mellano
Ondes Martenot : Christine Ott
Piano (en alternance) : Elisa Bellanger & Or Solomon
Chorégraphie : Julia Cima
Graphisme : David Moreau
Picturae 2.0 : Patrick Suchet
Création lumière : Christophe Rouffy
Régie lumière : Michaël Cousin
Son : Klaus Löhmann
Costumes : Nicolas Petisoff & Joël Viala
Construction du décor : Ateliers du Théâtre de l’Union, CDN du Limousin

Production > L’unijambiste

Coproduction > Espace Jean Legendre, Théâtre de Compiègne // Théâtre de Villefranche sur Saône // le théâtre, scène nationale de St Nazaire // Espace Malraux scène nationale de Chambéry et de la Savoie // Les 13 Arches, scène conventionnée de Brive // Théâtre de l’Union, Centre Dramatique National du Limousin // Dieppe Scène Nationale // MA scène nationale, Montbéliard > centre culturel Théo Argence, St Priest.

 

Merci aux enfants figurants Zelda & Walden Gauthier, Gabriel Cayrol, Anna Ivanoff, Théo Laignel, Maddo Leperff, Léo Dubois, Manon Valley, Maïa et Ysé Berthier, Noë et Fleur Vignaud, Léonie et Oscar Cornut, Melchior Mourlont-Caffin, Louise Labonne, Irina Cojocaru-Ménasché, Yanis Delmas, Hedda Gauchard et Ninon Bardeau

Dates de tournée
23

représentations

15, 16, 17 janvier 2014 : création au Théâtre de l’Union, Centre dramatique national du Limousin


Saison 2014/2015

4 & 5 novembre 2015 Espace Malraux / Chambéry

14 novembre 2014 Théâtre Théo Argence / St Priest


Saison 2013/2014

21 & 22 janvier 2014 le Carré Magique / Lannion

24 & 25 janvier 2014 le Grand Logis / Bruz

28 & 29 janvier 2014 Théâtre de Villefranche-sur-Saône

4 février 2014 Espace Jean Legendre / Théâtre de Compiègne

11 & 12 février 2014 le Grand R / scène nationale de la Roche-sur-Yon

27 & 28 février 2014 le théâtre /scène nationale de Saint-Nazaire

20 & 21 mars 2014 l’Hexagone / scène nationale de Meylan

25 mars 2014 MA scène nationale / Montbéliard

1er avril 2014 Scène nationale d’Aubusson / Théâtre Jean Lurçat

3 avril 2014 Les Treize Arches / Brive

8 avril 2014 Dieppe Scène Nationale

Biographie de l'auteur

LEONID ANDRÉÏEV (1871/1919)

Militant antitsariste puis militant antibolchévique, Léonid Andréïev est non seulement un auteur de grande envergure et un photographe particulièrement visionnaire, il est aussi une des consciences prémonitoires du siècle dernier.

Il naît en 1871 à Orel, dans la Russie tsariste.
Il est encore au lycée, lorsque son père, un petit fonctionnaire sans fortune, meurt en lui laissant la charge de toute la famille. Il achève ses études à la faculté de droit, pour être avocat. Mais poussé par la nécessité de gagner sa vie pour subvenir aux besoins de sa famille, Andréïev devient chroniqueur judiciaire. En 1897 il tient la rubrique correspondante dans le Courrier, un journal moscovite. Il se marie en 1902, fonde une famille nombreuse, et fréquente le milieu littéraire. Mais d’une nature sensible, et victime de l’alcoolisme, il fait trois tentatives de suicide, dont une lui provoque une faiblesse cardiaque. C’est d’ailleurs d’une crise cardiaque qu’il meurt en 1919, à quarante-huit ans, en Finlande – qu’il élira très tôt comme terre d’accueil après avoir été chassé dès 1906 par le tsar, en raison de son opposition virulente au pouvoir, ensuite par la Révolution, peu après son avènement.

Parallèlement, il s’est mis à écrire. En 1901, son premier recueil tire à quarante-sept mille exemplaires. Désormais, il est un écrivain lancé. Il est une des voix les plus originales et les plus controversées de Russie pendant les premières années du XXe siècle, qui exprime l’état d’esprit de la crise qui aboutit à la Première Guerre mondiale et aux révolutions de 1917. Ses nouvelles et ses pièces de théâtre influencent ses contemporains et lui valent de grands succès en Russie aussi bien qu’à l’étranger. Encouragé par Gorki, qui a favorisé la publication de son premier recueil de nouvelles, et auquel il restera toujours fidèle, influencé par Tolstoï, en avance sur nombre de développements dans la littérature d’avant-garde, il s’attaque, comme Proust, Joyce et les autres grands écrivains de sa génération, aux problèmes posés par l’agonie de l’ordre ancien et les douleurs de l’enfantement du nouveau. Percevant comme une catastrophe l’aliénation de l’homme moderne, il ouvre de nouvelles voies, réussit à peindre avec beaucoup d’expressivité l’angoisse des dilemmes philosophiques, et les paradoxes psychologiques. Une grande part de l’intelligentsia le considère comme un maître à penser.

Les œuvres de Léonid Andréïev restent très peu connues du grand public. Bien que jouées très rapidement en France, leurs traductions n’ont, pour certaines, jamais été publiées. Ainsi, par exemple, Georges Pitoëff (en 1921) monta la comédie Celui qui reçoit des gifles (créée en 1915 à Moscou), puis Laurent Terzieff mit en scène la pièce La Pensée tirée de la nouvelle éponyme, en 1962.

“Léonid Nikolaévitch Andréïev était talentueux de nature, organiquement talentueux ; son intuition était étonnamment fine. Pour tout ce qui touchait aux côtés sombres de la vie, aux contradictions de l’âme humaine, aux fermentations dans le domaine des instincts – il était d’une effrayante perspicacité.” Maxime Gorki

“Chacune de ses phrases ressemble à l’horrible grincement d’une scie lorsqu’on est un être faible, et au rugissement de la bête lorsqu’on est créateur et artiste. Ces grincements et ces hurlements me transpercent tout entier et me figent ; ils prennent tant et si bien possession de moi que je finis par ne plus sentir aucune âme vivante.” Alexandre Blok

Revue de presse

Le Populaire du Centre / Muriel Mingau

Ekatérina, beauté sombre et troublante

En montant « Etakétina Ivanovna » de Léonid Andréiev, David Gauchard fait découvrir une pièce singulière, troublante et belle. Ce texte est élégamment servi par l’intelligence créative du metteur en scène, mais aussi une superbe troupe, émouvante.

La pièce n’a rien de facile. Toutefois, elle est portée par David Gauchard et sa troupe de dix acteurs, avec une forme de grâce. Créée en 1912 à Moscou, elle raconte la descente aux enfers d’Ekatérina Ivanovna. Son mari, député, l’accuse à tort de le tromper. Il tire sur elle, la rate. Quelque chose se brise en elle. Elle s’abandonne à la détresse, se livre à la débauche. L’histoire est dure, la situation désespérée, l’univers sombre, comme l’esthétique sur le plateau. Dans cet écrin de noirceur, les acteurs portent la pièce avec un superbe engagement. Leur jeu farouche, qui néanmoins ne manque pas de nuances, balance entre vérité psychologique et expressionnisme. Ainsi, il touche et fait mouche, émeut. Il faut dire que tout en étant une peinture sociale, la pièce explore sans concessions le coeur et l’âme de l’individu. On pense à Tchekhov, en plus dangereux. On pense à Stinberg, Ibsen. Mais dans cette constellation d’auteurs, Léonid Andréiev est surtout lui-même, auteur à succès du XXè siècle, puis oublié. Cela trouve peut-être le public. Au fond, il ne sait pas exactement ce qu’il doit comprendre de cette pièce inconnue. Sans doute doit-il accepter de se laisser porter par sa poésie où percent maints questionnements existentiels. L’auteur fustige aussi l’humanité dans son égoïsme, sa cruauté, sa rage à détruire tout ce qui est beau, harmonieux. L’élégante mise en scène de David Gauchard est sombre, dépouillée, tout en lumières et musique. Elle accompagne avec délicatesse la chute de l’ange Ekatérina, jouée par l’étrange et fascinante Marie Thomas. Elle se livre totalement dans une ultime performance, choix esthétique d’une grande intelligence.

 

 

Partages / André Markowicz

extrait

Vous connaissez Ekatérina Ivanovna ?

Je rédige cet envoi à Limoges, où je suis venu hier pour voir la première de la mise en scène de David Gauchard. Ekatérina Ivanovna, c’est un nom, et c’est le titre d’une pièce de Léonid Andréïev. — Vous connaissez Léonid Andréïev ? — Oui, quand même un peu. Ses nouvelles sont parues, traduites par Sophie Benech, chez José Corti. « Ekatérina Ivanovna », c’est une femme, que son mari soupçonne d’adultère, et qu’au début de la pièce, il essaie de tuer, de trois coups de revolver — il la rate. Mais elle est morte. Et c’est, ensuite, l’histoire d’une femme mûre (en tout cas, pas une jeune femme), dans un monde d’hommes, et un monde d’hommes morts ; la transformation d’une femme vivante en femme morte — l’histoire de sa recherche de quelque chose de vivant, de quelque chose qui crève les apparences, qui permette de passer, quitte à casser l’immense baie vitrée et se fracasser dans la rue, du monde des morts au monde des vivants, une recherche évidemment absurde. Je ne vais pas vous raconter l’histoire — mais, réellement, c’est une très très grande pièce, écrite en 1912 par un des auteurs les plus célèbres de Russie à l’époque (le plus célèbre, peut-être), et jouée par le Théâtre d’Art. 

*

Je suis arrivé à la gare de Limoges, et il n’y avait pas Anton Kouznetsov.

*

David Gauchard, je l’ai connu, je ne sais même plus quand, à la fin des années 90, il venait de quitter l’ERAC. Il était venu me voir à Rennes, et je me souviens, il m’avait sidéré, parce qu’il voulait monter Léonid Andréïev, non, pas Léonid Andréïev, mais cette pièce-là. Et moi, je voulais la traduire. Je voulais traduire — j’ai toujours voulu traduire — des pièces du répertoire russe en dehors de Tchekhov ou de Gogol. Parce que, dites, combien de pièces russes est-ce que vous connaissez, vous ? Combien de pièces d’Ostrovski avez-vous lu ? Il en a écrit une quarantaine. Et qui connaissez-vous d’autre ? — Voilà un autre sujet pour mes chroniques, tenez… Alexandre Soukhovo-Kobyline, par exemple. Et le théâtre de Saltykov-Chtchédrine ?… ça vous dit quelque chose ? Et tout le théâtre du symbolisme russe ? — Le théâtre d’Alexandre Blok, par exemple… Et Léonid Andréïev… Lui aussi il a écrit une bonne trentaine de pièces, et, parmi ces trente pièces, il y a en bien une douzaine qui sont des vrais chef-d’œuvre. Et personne ne les lit, parce qu’elles ne sont pas traduites. Et elles ne sont pas traduites parce que personne ne s’y intéresse, personne ne les commande… Et moi, je le dis sérieusement, je pourrais passer quelques années à traduire des pièces que personne ne connaît, juste pour qu’on les connaisse… J’ai déjà essayé de faire ça, d’ailleurs, au Havre, chez Alain Milianti… — Un autre sujet de chroniques… J’allais dire, citant Tchékhov, « sujet d’une petite nouvelle »… Il y a, comme ça, chez Corti, toute une série de livres que j’ai traduits, — des livres rouges… du théâtre russe… 

*

En 2001, David a commencé par monter « Ekatérina Ivanovna ». Ensuite, nous avons travaillé ensemble sur « Hamlet », ensuite sur « Richard III », ensuite sur « Le Songe d’une nuit d’Eté », ensuite c’est lui qui m’a convaincu que mon « Herem » pouvait être une matière scénique et musicale, et là, quinze ans après, il est revenu à Andréïev. — Et, dites, vraiment, c’est bien. Je ne vous raconte pas l’histoire, — peut-être que vous lirez la pièce ? je ne vous raconte pas la mise en scène, je ne vous parle pas de l’adaptation qu’il a faite du texte de ma traduction (le texte, il l’a gardé, il a respecté toutes les phrases, je l’entendais, du début à la fin, dans le bon rythme, le bon phrasé — enfin, le phrasé que j’entendais, moi) — mais, réellement, j’en suis sorti très très touché (et la fin, transformée en monologue, est magnifique). Les acteurs sont vraiment formidables. Et ce que fait Marie Thomas, qui joue le « rôle-titre »… Bref, j’espère que vous aurez l’occasion de voir.

*

La grande force de David est d’avoir fédéré autour de lui une équipe de gens qui, sans lui, ne se seraient jamais connus, parce qu’ils viennent de mondes très différents. — Je pense à Olivier Mellano, à sa présence à lui. Je ne l’ai pas vu, il a écrit la musique, et il jouait en même temps : il est sur le spectacle de Stanislas Nordey, « Par les villages ». — Et il était parti la veille. Je n’en écris pas plus — je veux juste dire qu’il était là, dans sa musique.

*

Limoges, pour moi, était devenue la ville d’Anton Kouznetsov. La ville de son « Académie ». Lui, il n’était pas là. Je ne sais pas comment dire : je me sentais revenu à mes tout débuts au théâtre, quand le texte de ma traduction du « Révizor » avait été reçu par le comité de lecture de la Comédie-Française, et par le fauteuil vide d’Antoine Vitez, mort deux jours auparavant. Et que j’allais repartir, tout de suite après, pour la première du « Platonov » de Jo Lavaudant, au TNP — oui, le soir même, 2 avril 1990. Et là, je repensais à ça — bizarrement ou non. Un spectacle formidable, celui de David. Un spectacle de la maturité, simple, vif, terrible, qui ne se construit que sur les acteurs. Et, à côté, le vide d’Anton.

 

 

Elen Riot

Découvrir Léonid Andréïev

La pièce de Léonid Andréïev, Ekatérina Ivanovna, est une pièce de la maturité, elle date de l’année 1912. Vingt ans plus tôt, l’auteur s’est fait connaître en publiant des nouvelles dans les plus grandes revues russes. Du fait de son influence, avant lui et dans un autre empire, il est l’équivalent d’un Stefan Zweig. Comme lui, il pose un regard clinique sur la société qui change autour de lui, entre réalisme froid et visions hallucinées de personnages en perdition. Il partagera aussi sa condition d’exilé pour avoir analysé sans complaisance le régime tsariste et celui des Soviets. Cela lui vaudra plus d’un demi-siècle de disparition en Russie, tandis que dans le reste du mone, Tchekhov et Dostoïevski l’éclipsent.

Pourtant, son oeuvre mérite d’être connue, et en particulier son théâtre. Auteur d’une douzaine de pièces, Léonid Andréïev n’a cessé de jouer avec les conventions et les genres dramatiques avec l’objectif avoué de créer des classiques du répertoire. Chacune de ses pièces pourrait être décrite comme un drame bourgeois renversé, avec une dissolution progressive du cadre social et des valeurs qui ne laisse plus sur scène que l’affrontement des corps. Après Tchekhov, il est mis en scène par Konstantin Stanislasvski, au théâtre d’art à Saint-Pétersbourg. Contrairement à Maxime Gorki, avec qui il a débuté et dont il est très proche, Andréïev porte un regard pessimiste sur la société qui l’environne et ne croit pas à la possibilité d’une nouvelle société. Il montre des personnages équivoques que le progrès fait évoluer, mais qui s’enferrent pourtant dans les erreurs du passé. Ainsi, Ekatérina Ivanovna est une forme de drame bourgeois doué d’une logique fatale, une Dame aux camélias sans lyrisme où réalisme et symbolisme s’entredétruisent, poussant les personnages jusqu’au bout de leurs rôles par l’enchaînement des incompréhensions et des situations de conflit. C’est, en quelque sorte, pousser le caractère fatal du drame bourgeois, montrer le tragique dans le vaudeville, introduire l’angoisse dans la vie quotidienne. Pourtant, de cet ensemble désaccordé émane une réelle harmonie. Le poète Ossip Mandelstam comparait les harmonies de Léonid Andréïev à celles d’un musicien comme Chostakovitch.

Car la force de ce théâtre c’est bien son caractère radical, qui consiste à transformer ce qui est sans histoire en fait divers, en nous montrant les étapes de cette transformation. De ce fait, tout au long de la pièce, on ne cesse de se demander pourquoi les personnages sortent ainsi du cadre et se lancent dans une telle danse macabre. L’héroïne éponyme est l’incarnation de cette transformation souterraine et inéluctable : Ekatérina Ivanovna est une femme comme il y en a tant, son nom la désigne comme un idéal type. C’est une héritière de la bonne noblesse de province qui élève ses deux enfants à Pétersbourg tandis que son mari, député, fait de la politique.

 

 

Andréïev, le Diable probablementin Le Monde des Livres / Linda Lê

Ame révoltée, barbare mystique, génie teinté de démence, Andréïev se jetait avec ardeur dans le désespoir, mais sa voix, puissante et douloureuse, retentit comme une prophétie pour des temps de détresse. L’étrange le dispute au tragique dans l’univers de ce diable d’homme qui semble s’être toujours souvenu du mot de Zarathoustra, le héros de sa jeunesse : « Il faut encore porter du chaos en soi pour pouvoir donner naissance à une étoile dansante ».

Les âmes timides sont invitées à diriger leurs talons en arrière avant de pénétrer plus loin dans ces pages sombres. Car il y a du Maldoror chez celui qui se proclamait l' »apôtre de l’auto-anéantissement ». 

Ecrivain des nerfs et des sens, Léonid Andréïev avait le don du phophète qui révèle, derrière ce monde féerique, une féerie immonde. Devenu célèbre en l’espace de dix ans, disputant la place suprême à Gorki auquel il devait la publication de son premier recueil de nouvelles, il reste toute sa vie fidèle à sa passion de la vérité, qui le conduisait à briser tous les interdits. Cette audace le rendait haïssable aux yeux de la presse conservatrice et faisait de lui l’écrivain russe le plus controversé à l’aube du XXe siècle. 

  • Kostar

    Ekaterina Ivanovna

L'affiche
Version 2001
  • Thumbnail title

    Thumbnail description

avec

Vanessa Koutseff, Philippe Labonne, Xavier Clion, Alexandra Giuliano, Nicolas Petisoff, Marie Cayrol, Emmanuelle Hiron, Adrien Ledoux, Julien Lagrange, Emmanuel Noblet, Catherine Duverger 

 

collaboration artistique André Markowicz

 

décor Alain Pinochet, Claude Durand, Laurent Fortin
costumes Josette Rocheron, Céline Deloche
lumières Claire Debar, Henri Merzeau
son Nourel Boucherk, Franck Robert
animation Pierre Magnol 

Résidence à St Nazaire
Répétitions
  • Thumbnail title

    Thumbnail description

J’ai envie de me gausser de l’humanité, de rire de tout mon soûl de sa bêtise, de son égoïsme, de sa crédulité
Léonid Andréïev, âgé alors de 20 ans