ᐃᓄᒃ [INUK]

Rien ne m'oblige à emprunter chaque jour le même chemin

En route pour le Grand Nord

Mon grand-père André était marin-pêcheur à Fécamp. Il partait plusieurs mois pêcher la morue sur les grands bancs de Terre-Neuve, au large du Canada.

À ma mère, il ramenait en cadeau des petites poupées inuit et des chaussons en peau de phoques.
À moi, cet homme, que je n’ai pas connu, a légué des fantasmes nourris d’aurores boréales, d’ours polaires, d’igloos et d’histoires fabuleuses sur les Inuit. J’ai toujours su que je m’y rendrais un jour.

En décembre 2015, je suis parti chercher l’inspiration d’un spectacle tout public avec quelques-uns des artistes qui me sont proches. Une expédition au Nunavik , terre des Inuit, dans le village de Kangiqsujuaq.

Ce spectacle s’appelle ᐃᓄᒃ [Inuk]. En inuktitut, cela signifie l’homme.

À travers son écriture, nous avons cherché un équilibre entre l’onirisme du grand Nord et la réalité contemporaine. Ce qu’elle a de plus tristement bouleversante pour les Inuit, et ce qu’elle laisse de poésie, permanente dans leur quotidien. Ce qui se transmet, encore et toujours, malgré tout. Soit toujours le pont entre tradition et modernité.
Entre un homme et un autre.

En se heurtant à la rude réalité de la banquise, et grâce à la rencontre avec les enfants des écoles et leurs parents, l’imaginaire se transforme en questionnements sur le réchauffement climatique, le chômage, l’alcoolisme, les conséquences de la sédentarisation des nomades…

inuk-1

Création collective de L’unijambiste

Mise en scène et scénographie :
David Gauchard

Genre : théâtre
Année de création : 2015
Tout public à partir de 7 ans
Durée : 1h

Avec Emmanuelle HironL.O.S (Laurent DUPRAT), Nicolas Petisoff

Texte et musique : Arm
Exposition photos : Dan Ramaën
Vidéo & graphisme : David Moreau
Création lumière : Claire Debar-Capdevielle
Direction technique : Christophe Rouffy
Régie lumière : Mika Cousin
Son : Klaus Löhmann
visuel © David Moreau

Production > L’unijambiste

Coproduction > Espace Malraux – scène nationale de Chambéry et de la Savoie // Espace Jean Legendre – scène nationale de l’Oise en préfiguration // Théâtre de Villefranche sur Saône // Théâtre de l’Union – centre dramatique national du Limousin // Festival des Francophonies en Limousin // La Filature, scène nationale – Mulhouse // Maison des Arts Scène Nationale de Créteil et du Val de Marne // Le Grand Bleu – Lille // Centre dramatique régional de Tours – Théâtre Olympia

Dates de tournée
147

représentations

CRÉATION

24, 25, 26 septembre 2015 : Festival des Francophonies (salle Jean Gagnant)


 

DIFFUSION

Saison 17-18

8-10 février 2018 : CDN Haute-Normandie, Rouen

15-16 février 2018 : La Méridienne, Lunéville

 

Saison 16-17
6-7 novembre 2016 : Festival Théâtrales Charles Dullin, Orly
6 décembre 2016 : la Halle aux Grains, Blois
14-15 décembre 2016 : ATP Vosges, Epinal
4-6 janvier 2017 : Château Rouge, Annemasse
11-12 janvier 2017 : Le Théâtre, St Nazaire
25-28 janvier 2017 : Théâtre de St Quentin en Yvelines
2 février 2017 : Scènes du Jura, Lons le Saunier
23-24 février 2017 : Espace Prévert, Savigny le Temple
4-7 mars 2017 : Pôle El Mil.lénari, Toulouges
12-13 mars 2017 : L’Archipel, Perpignan
17 mars 2017 : Made in Cannes
21-23 mars 2017 : Bonlieu, Annecy
28-29 mars 2017 : Théâtre du Vellein, Villefontaine

 

Saison 15 – 16
3-07 octobre 2015 : Théâtre Nouvelle génération, Lyon
13 octobre 2015 : Théâtre Jean Lurçat, Aubusson
16 octobre 2015 : Festival Marmaille / Grand Logis, Bruz
6, 7 novembre 2015 : Théâtre de l’Olivier, Istres
3-4 décembre 2015 : Le Canal, Redon
6-7 décembre 2015 : l’Arc, Rezé
10-12 décembre 2015 : La Filature, Mulhouse
16-19 décembre 2015 : Le Grand Bleu, Lille
7-8 janvier 2016 : Espace Jean Legendre, Compiègne
11-13 janvier 2016 : Théâtres en Dracénie, Draguignan
20-22 janvier 2016 : MAC, Créteil
31 janvier-1er février 2016 : Festival Momix, Kingersheim
4-6 février 2016 : MA scène nationale, Montbéliard
11 au 15 février 2016 : Hexagone, Meylan
14-18 mars 2016 : Espace Malraux, Chambéry
24 mars 2016 : l’ARC, Creusot
31 mars-1er avril 2016 : l’Echappé, Sorbiers
7-9 avril 2016 : Théâtre de Villefranche
26-29 avril 2016 : CDR de Tours
17-22 mai 2016 : Am Stram Gram, Genève

Revue de presse

La Terrasse / Eric Demey

Inuk signifie « l’Homme ». Un titre parfaitement trouvé

David Gauchard et ses collaborateurs sont revenus du Nunavik avec un spectacle composite, entre documentaire et poésie, qui traverse avec délicatesse et efficacité bon nombre des problématiques de cette « tribu esquimau » : disparition des traditions, dissensions générationnelles, invasion du monde moderne, rapport dégradé à la Nature, le tout sur fond, naturellement, de réchauffement climatique. (…) Car à travers l’histoire des Inuit, c’est bien sûr celle des hommes qui se joue, celle d’une Humanité toute entière oublieuse de son inscription dans la Nature, et qui risque fort de le payer demain.

 

Théâtre(s) / Nadja Pobel

David Gauchard a ramené du Grand Nord un spectacle fait de constellations

Pas de narration classique mais un enchaînement de saynètes toutes axées sur le ressenti. En travaillant à l’extrême les éléments physiques du décor comme le sol (le bruit des pas qui font craquer la neige sont infiniment justes) ou la bande son grâce au talent immense de son fidèle compositeur Arm, c’est une ode à la nature et aux habitants du Grand Nord que construit la Cie L’unijambiste. (…) Gauchard instille une poésie très douce et sans angélisme à hauteur d’enfant concomitamment à un discours politique à destination des grands à lire sur des cartouches. Avec un effort constant prête à la forme (…), le fond du propos est puissamment et sensitivement transmis.

 

La Scène / Cyrille Planson

[Inuk] est un des projets les plus intrigants de la saison jeune public 2015/2016

C’est aussi une première tentative pour David Gauchard que l’on connaissait jusque là pour ses mises en scènes, souvent remarquables, de grands classiques Shakespeariens. [Inuk] est comme « un livre d’images » explique-t-il. (…) C’est même la principale caractéristique de cette création, sans textes ou presque, au graphisme léché et aux effets scéniques saisissants. Entre théâtre de fiction, performance et théâtre documentaire, David Gauchard livre ici une rêverie onirique sur les sociétés animistes, leur rapport à la nature et une réflexion profonde sur les mondes finissants.

 

La Provence / Philippe Merle

[Inuk], le grand nord à fleur de peau

[Inuk] mélange les disciplines avec inspiration. Entre anecdotes quotidiennes et vrai regard humain sur leur condition aujourd’hui, broyés par le mode américain, David Gauchard et son équipe signent une belle initiation et un bel hommage à cette culture méconnue. Aux talents d’Emmanuelle Hiron et Nicolas Petisoff pour le jeu, il faut ajouter la performance « beatbox » de L.O.S, la partition originale électro d’Arm et l’excellent travail graphique de David Moreau.

 

La Montagne / Robert Guinot

Dans la magie du Grand Nord

Pour la première fois, David Gauchard s’adresse au jeune public. (…) Mais le propos dépasse le jeune public. (…) Peu importe l’âge pour se laisser emporter par la poésie et la beauté d’un spectacle parfaitement élaboré, qui se dévoile à la manière d’un livre d’image, esthétique et magique à la fois. David Gauchard a questionné, avec un regard émerveillé et en évitant les clichés, l’avenir d’un peuple patient et sage. Ainsi [Inuk], au plus proche du quotidien, revêt une dimension profondément humaine.

 

Revue Jeu (Québec) / Anaïs Heluin

[Inuk], le Nunavik à portée de rêve…

À quoi bon raconter une histoire avec Inuit, quand on sait qu’ « il y a plus de récits sur les Inuit que d’Inuit » ? David Gauchard et ses compagnons de L’unijambiste ont raison, pour évoquer le Nunavik il vaut mieux éviter toute narration. Adopter la logique du rêve. Ou son absence de logique. Dans [Inuk] comme dans tous les rêves, tout est permis. Un pingouin bipède peut pêcher à la ligne et sortir d’une glacière un poste de radio. Un phoque peut dormir dans un sac de couchage et toute cette faune anthropomorphe composer des tableaux vivants sur le hip hop de Arm et L.O.S. (…) La poésie d’Inuk n’est jamais gratuite. Libre à chacun de rester dans l’enchantement ou de dérouler tous les sens de cette délicate évocation d’une culture en danger. Une belle preuve de confiance dans l’intelligence des plus jeunes, encore trop rarement sollicitée dans les spectacles français jeune public.

 

Le Populaire du Centre / Muriel Mingau

Une oeuvre forte

Cette pièce très visuelle, porteuse d’un texte léger, poétique, et d’une musique signée Arm, est un enchantement pour les yeux, l’oreille, le coeur. (…) Pourtant, l’oeuvre est aussi un document. Elle peint la vie des Inuit d’aujourd’hui et d’hier. (…) Le propos n’a rien de didactique. Il se donne avec grâce et délicatesse au fil d’une esthétique finement colorée. Grâce à elle, une nature grandiose est présente sur scène, stylisée, tout comme des phoques, pingouins, rennes et ours blancs. Que va devenir cette nature, le monde ? La pièce évoque les dégâts causés par l’homme. Or détruire la planète, c’est se détruire soi-même. Mais l’espoir pointe, une lueur, portée par la langue inuit. Superbe.

L'affiche
affiche INUK
Cartes postales

    Aventure sensorielle, visuelle, sonore et musicale, ᐃᓄᒃ [Inuk] est aussi une réflexion philosophique et politique sur ce que nous faisons de notre planète. Un voyage les yeux grand ouverts sur un monde en péril, le regard vers le ciel dans l’attente d’une aurore boréale.

    inuk1-hd-c2a9-thierry-laporte20150911-4

    Préparez votre voyage et rencontrez les enfants inuit en consultant le blog : inukexpedition.wordpress.com

     

     

    Disque disponible à la vente / Merci de nous contacter par mail

    LES ACTUALITÉS D’INUK ᐃᓄᒃ