Egérie(s)

Un concert numérique, la génèse

 

Après Jeux d’Ombres en 2016 puis Requiem(s) en 2018, qui ont tous deux fait le pari de renouveler profondemment la forme classique du concert de quatuor à cordes, le Quatuor Debussy a souhaité que sa prochaine création aborde les arts numériques. Souhaitant s’entourer des meilleurs spécialistes de ce domaine, les quatre musiciens se sont rapproché de développeurs/programmateurs puis d’un metteur en scène qui fait appel régulièrement aux arts numériques pour dégager les grandes idées d’une création 2.0 à venir… appelée à ce jour « Concert augmenté ».

C’est donc tout naturellement que le Quatuor Debussy s’est tout d’abord associé avec le metteur en scène David Gauchard, qu’il a connu en 2007 pour le projet Des couteaux dans les poules puis retrouvé en 2018 pour la création de l’opéra contemporain L’Odyssée, qui a déjà une grande expérience dans sa pratique scénique des arts numériques et visuels. S’en suivront des échanges avec l’artiste plasticien Benjamin Massé (alias Primat) et avec le développeur Patrick Suchet (alias Taprik), l’inventeur du système de peinture numérique Picturae.

Nul doute que David Gauchard saura se saisir de l’enjeu d’un tel travail, de la volonté de renouvellement de l’art du quatuor de cordes porté par le Quatuor Debussy depuis près de trente ans et impulsé dans ses derniers projets de création. Que la fête musicale devienne aussi une fête pour les yeux…

Quatuor Debussy Christophe Collette (violon), Marc Vieillefon (violon), Vincent Deprecq (alto) et Cédric Conchon (violoncelle)
Mise en scène David Gauchard
Création numérique Benjamin Massé (Primat)
Développement Patrick Suchet (Taprik)
Visuel Eva Taulois / Les attitudes – un souvenir
Impression numérique sur voile de coton 120 x 120 cm

 

Genre : concert numérique
Création : 23 et 24 février 2021 – Théâtre de La Croix Rousse, Lyon

Production > Le Quatuor Debussy

Contact > diff@quatuordebussy.com / tel:+33 (0)4 72 48 04 65

www.quatuordebussy.com

Le mot de David Gauchard

Quand le Quatuor Debussy m’a proposé d’accompagner leur prochaine création, je me suis naturellement replongé dans leurs spectacles précédents Jeux d’Ombres et Requiem(s). J’ai cherché à définir une ligne de sens et/ou esthétique entre les deux, et ce qui m’a frappé le plus c’était à la fois une sorte de sobriété, d’humilité, de dépouillement et le rapport sensible à la lumière. Deux œuvres picturales à la fois différentes et complémentaires qui laissent la part belle à la musique et à l’interprétation.

En écoutant la proposition de Christophe Collette autour des grands compositeurs que sont Borodine, Chostakovitch, Janacek, Gorecki, puis en discutant ensemble des oeuvres une à une, de leurs sources d’inspirations précises, j’ai tout de suite pensé qu’il fallait à la fois s’inscrire dans la continuité des spectacles précédents puis s’en émanciper doucement. C’est dans le souvenir de cette discussion et en voyant cette photo que tout est devenu claire. Quelles muses, quelles Egéries derrière les oeuvres ? L’atelier du peintre, l’endroit où l’on cherche, où l’on désespère souvent et où l’on trouve enfin m’est apparu comme un chemin possible, celui de la création.

Installer un artiste plasticien au cœur d’un dispositif (organique et numérique) et créer nos images en direct. Le quatuor à cordes devenant sujet, s’affirmant comme modèle. Partir des origines et aller vers l’inconnu. Jouer des ombres, de la matière phosphorescente, de la lumière d’une flamme à celle des projecteurs, travailler le fusain, la peinture, la bombe puis la peinture numérique. Animer le quatuor enfin pour que l’instrument dessine à son tour de manière interactive. Quel est le trait d’un violon, la ligne d’un alto, l’épaisseur d’un violoncelle… Faire ce voyage à travers la matière, le temps et la création pure.

Rencontre avec Picturae 2.0

Le spectacle va en outre créer des peintures mouvantes et interactives au fur et à mesure des répétitions et des représentations que nous pourrons ainsi exposer parallèlement au spectacle. Profitant des acquis et de l’expérience des techniques d’arts numériques de David Gauchard, il sera ici question de développer ce domaine autrement, en cherchant un rapport interactif à la musique et aux mouvements des interprètes : les accoups des archets, les ondulations des cordes, les postures des musiciens, etc., sont autant de gestes et postures qui permettront de nourrir la mise en scène.

A propos du programme

Égéries nous propose un plongeon dans l’œuvre de quatre compositeurs d’Europe de l’Est qui, chacun à sa façon, soulève la figure aussi mythologique que contemporaine qu’est la muse ; ces femmes aux influences si marquantes qu’elles ont inspiré, fasciné et presque modelé le travail et les esthétiques de ces quatre sommités que sont Borodine, Chostakovitch, Janácek et Gorecki. En traversant les sentiments originels que peuvent être l’amour, l’absence, la jalousie et la haine, ce spectacle se construit à l’image d’un voyage intime, au cœur des émotions. Borodine va nous amener dans la passion amoureuse ; au travers d’une pensée musicale intime d’une œuvre composée pour sa femme en revenant d’un long périple. C’est avec Chostakovitch qu’Égéries fera la douleur de l’absence ; son œuvre écrite comme « Un tombeau à Nina » nous apportera une sombre atmosphère de macabre, de fatalité… Un périple au cœur des passions, mené, tambour battant, notamment avec la palette d’émotions

exposée par Janácek, allant de la plainte amoureuse au cri. Œuvre composée en réaction à la nouvelle de Tolstoï, La sonate à Kreutzer, le compositeur dépeint l’horreur de la jalousie, symbole d’une passion conjugale dévastatrice. Enfin, le choix d’invoquer l’œuvre de Gorecki n’est pas sans rappeler, in fine, toute l’ambivalence des sentiments que l’être humain est seul capable de vivre. Défi est alors donné au Quatuor Debussy de rendre navigable toute cette puissance émotionnelle, manœuvrant aux côtés de Primat pour peindre les portraits de ces intenses égéries.

Conseillères, inspiratrices